Percée environnementale dans le monde biomédical : une nouvelle méthode de stérilisation par plasma qui épargne les plastiques

- 11:48 - - Nouvelles

Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal, menée par le professeur Michel Moisan, annonce un nouveau procédé de stérilisation qui permet de traiter des tubes de plastique tels que les cathéters, sans les dégrader, ouvrant la voie à leur réutilisation dans le respect des normes d’hygiène biomédicale, ce qui pourrait contribuer à en réduire les coûts d’utilisation et à diminuer la quantité de déchets produits par les hôpitaux.

Le professeur Moisan cosigne, avec ses collaborateurs Jérôme Pollak et Danielle Keroack du Groupe de physique des plasmas du Département de physique, ainsi qu’avec Jacinthe Séguin et le professeur Jean Barbeau du Laboratoire de contrôle des infections de la Faculté de médecine dentaire, un article intitulé Plasma Sterilisation within Long and Narrow Bore Dielectric Tubes Contaminated with Stacked Bacterial Spores dans le numéro de janvier 2008 de la revue scientifique Plasma Processes and Polymers. On y voit deux micrographies obtenues par microscopie électronique à balayage qui montrent des empilements importants (jusqu’à sept couches) de spores bactériennes sur la surface interne d’un tube de Téflon, bactéries au nombre d’environ un million au total qui sont néanmoins toutes inactivées en moins de 10 minutes. Ce nouveau procédé de stérilisation affecte peu les plastiques car il utilise les photons UV émis par un plasma d’argon. Ce plasma est créé, à pression de gaz réduite, à basse température (< 50 ºC), directement à l’intérieur du tube creux thermosensible à stériliser. Il s’agit d’une percée biomédicale car les méthodes de stérilisation en usage ne parviennent pas à stériliser les cathéters sans les endommager, ceux-ci étant présentement à usage unique. Pour en savoir davantage

Michel Moisan
Téléphone : 514-343-6671
Courriel : michel.moisan@umontreal.ca

Partager :
  • Envoyer
  • Imprimer